Négresse, toute puissante derrière mon clavier

 

Crédit image: Wikimedia commons

Bénis soient à jamais ceux qui ont créé l’internet ! Il paraît que je n’avais point été conçue lorsqu’ils eurent cette idée ingénieuse. Je n’oublie pas le vaillant créateur de l’ordinateur. Qui que tu sois, reçois aussi mes bénédictions et ma sincère reconnaissance.

Si tu es vivant, je te souhaite longue vie sur terre ! Dans le cas contraire, heu… Que ton âme repose en paix sous terre ! Ne soyez pas choqués ! Nous y passerons tous… Vaut mieux en rire !

Internet est un pèlerinage perpétuel. Il me permet de rivaliser avec notre cher et tendre président, grand voyageur devant l’Eternel. Magellan « new generation » !

Je suis au courant de tout ce qui se passe dans le monde. J’ai une pléthore d’amis que je ne rencontrerai probablement jamais… Merci Facebook ! Je braille, hurle, fais de la propagande, dis des âneries sur la toile… Je t’en sais gré Twitter ! Je fais ma star, publie mes photos triées sur le volet et guette le flot de « like » et de commentaires ! Que ferais-je sans toi Instagram ?

Ahhh internet ! Tu engloutis mon temps dans ton néant virtuel, mais qu’importe ?

Ce que j’affectionne par-dessus tout, c’est la possibilité de se créer une identité, se donner un genre, faire grimper sa cote…

Les dieux et déesses de beauté

Rendez-vous compte ! Le net nous permet de revêtir l’identité de notre choix, d’adapter notre physique à notre interlocuteur. Il n’a qu’à demander.

Que veut-il ? Une femme au teint clair ? Eh bien je le suis ! Même si… En vérité, je suis noire comme le fond d’une marmite mal débarrassée de la croûte du riz de la veille (Ne riez pas ! C’est un mets très prisé chez nous).

Qu’est-ce qui lui ferait plaisir ? Un petit modèle aux traits fins ? Regard perçant de Cléopâtre ? Super ! C’est mon portrait tout craché. Même si… Grande grignoteuse de mon Etat, je suis rondouillette, obèse et que j’ai des yeux récalcitrants qui s’entêtent à se lancer des regards menaçants (je louche quoi) !

Je peux être ronde, mince, claire, noire, métisse et même blanche ! Reconnaissons que c’est plutôt pratique. L’on peut avec doigté et malice, obtenir un rendez-vous avec une personne, pour qui dans la vraie vie, l’on ne vaudrait pas mieux qu’un vulgaire rat d’égout !

A l’avènement des cyber-cafés, j’allais tout le temps tchater sur le net avec des mecs et jouer les dévergondées. C’était la tendance. Ne m’en veuillez pas !

Je fis la rencontre d’un de ces vendeurs d’illusions, dont j’ai délibérément oublié le nom !

Rompu à l’art de la séduction, et au jeu de la drague. Il n’avait rien à envier à Don Juan. En l’entendant grasseyer au téléphone, j’étais sûre d’avoir trouvé mon gars ! Yahoo Tchatt, que te dire ?… Je clamerai partout, que le vrai bonheur passe par toi.

Nous nous donnâmes rendez-vous aux II Plateaux. Sur les lieux, je cherchais d’un regard excité, cet Apollon, vêtu d’un polo kaki et d’un jean bleu qui m’avait déjà virtuellement conquise.

Lorsque, enfin  je le vis, j’étais époustouflée ! Mon choc ne fût  pas seulement dû à ce polo délavé, pour avoir été trop lavé (visiblement il en avait usé et abusé) bon à jeter à la poubelle ! Ce n’était pas entièrement  à cause de ce gros portable Erikson, d’un autre siècle, de la taille d’un réfrigérateur, qui faisait en son temps la fierté de ses possesseurs !

Je ne me suis même pas indignée, de sa tentative de me faire payer le transport, pour le fast food ou lui-même m’emmenait. J’ai même feint ne pas comprendre que le seul chawarma qu’il m’avait offert venait de l’achever financièrement !

J’ai été choquée par la taille de son crâne ! Mais quelle tête ! Je grommelai intérieurement : « Le salaud ! Il aurait dû préparer mon esprit à ce truc posé sur son cou » !

Shit ! Je n’ai pas pensé à envoyer ma copine en éclaireuse. La pilule serait certainement mieux passée s’il n’avait point rajouté à la pénibilité de ce moment, en entonnant sur un air d’auto satisfaction, une longue litanie à la gloire de sa personne… Non mais yako à moi hein. Quelle naïveté ! En tout cas on ne m’y reprendra plus…

Désormais, je vais flirter virtuellement avec les puissants ! Les étoiles…

Les stars

Il paraît qu’elles ont fait leur preuve sur le net. Elles sont impararables. Capter leur attention est un long et laborieux processus. Surtout lorsqu’elles font une allergie aiguë  à l’humilité !

La notoriété d’une étoile n’est plus à démontrer. Elle peut détruire en un clic ton image. Son « like », inestimable sésame est plus pur que l’or ; plus précieux que le diamant. Elle ne suit pas n’importe quel compte twitter et n’accepte pas n’importe quelle demande d’amitié. D’ailleurs, si elle t’intéresse, tu n’as qu’à t’abonner à son flux RSS. Tu n’as nullement besoin de faire ami-ami ! Ayiii !! Amitié là c’est forcé ?

Et si tu crois qu’en la taguant sur Twitter tu attireras son attention ou susciteras un quelconque intérêt, tu te rêves ! Tu peux passer ta minable existence à la retwiter, elle t’ignore royalement. Commente ses publications elle s’en fiche ! Qui es-tu toi ?

Lorsque le succès lui monte à la tête et que celle-ci est au bord de l’implosion, la star 2.0 ne se contente plus de t’ignorer. Elle te lance de petites phrases assassines histoire de faire l’intéressante et t’humilier devant le monde entier… Soit dit en passant, la notoriété peut disparaitre aussi vite qu’elle est apparue surtout lorsqu’elle est virtuelle…

D’ailleurs, je crois que je vais me passer des stars. J’irai plutôt papoter dans les groupes Facebook. Ils regorgent de potins et de nouveautés sur le langage virtuel. Entre les « lol », « mdr », « ptdr », « mkl », « ysvdr », « #dead »… Il faut toujours se mettre au diapason. Mais surtout, il y a toutes sortes de tempéraments donc très souvent des querelles ! Pur régal pour moi…Regarder les gens se clasher sur les réseaux sociaux, c’est mon passe-temps favori.

Internet à mes risques et périls

Derrière un clavier, tout est possible. On peut être qui on veut se donner une nouvelle sainteté, redorer son image ou se décrédibiliser, se vendre comme une marque, etc.

Derrière un clavier, une personne qui dans d’autres circonstances serait obligée de prendre un rendez-vous pour s’adresser à vous ou qui n’oserait même pas vous regarder dans les yeux n’hésitera pas à vous tutoyer et vous faire des commentaires insultants. Ce qui me casse, c’est lorsque certains narquois se croyant malins, t’adressent des paroles désobligeantes accompagnées d’un « smiley » et d’un « lol » ; histoire de te faire croire que c’est une plaisanterie  et fermer ta gueule. Genre « tu es vraiment une paysanne toi ! Retourne dans ta brousse conasse ! Lol ».

Tsruuu… J’attends le premier malotru qui va me faire ce coup ! Il aura de mes nouvelles ! Lol !

Shalom !

24 Commentaires

  1. Ouais!! Tu as résumé en ce billet toute la beauté et la tragédie des réseaux sociaux. Cette pointe d’humour et de légèreté que tu mets dans tes billets est un pur régal. Bonne continuation…

  2. Super article, sauf ta description qui n’est vraiment pas juste. Tu es noir semence de vie, le monde à commencer par le noir. Et puis c’est ou qui est obèse, ékiéééééééééé, deh, c’est que nous on va dire quoi !!
    En tout cas tu es ma star à moi, et tu réponds quand je te tague, et j’espère que ça continuera deh.
    MA mondoblogueuse

    1. Ekiééééééé dèh mon mondoblogueuer quoi mon poète on est ensemble même! C’est vrai hein description là je vais changer loooool!!!
      Tu passes par là et le smile quitte pas sur mes lèvre bises.

  3. Oui négresse toute-puissante!! malhreuseument tu te fais du mal à toi même. a être dans le virtuel, tu es éloigné du réel! ce que tu as écrit est tellement vrai. il est la face visible de l’iceberg. je m’interroge, faut il une campagne de sensibilisation pour les nouveaux arrivants sur les réseaux sociaux? faut il ramener les « stars » à la raison? bref comment éviter ces dérives??

    1. Ma chère Denise je pense que l’humilité est la principale arme contre l’orgueil virtuel. Et c’est vrai qu’avant de plonger les yeux fermer et se noyer dans le néant vagissant d’internet comme dit mon frère il faut être préparé.
      Merci d’être passée. Bises

    1. Je suis tout à fait d’accord avec toi. C’est pourquoi chacun devrait s’accepter tel qu’il est et ne pas tromper son interlocuteur… Ceci dit l’on à pour habitude de se focaliser sur l’apparence. Ceci explique cela…
      Merci d’être passé Olivier.A plus.

  4. Ma Chère Babeth, ma Rencontre Virtuelle avec toi sur une discussion sur la page Facebook de notre Ami Commun Aphtal était électrique lol. Le Véritable Talent est de reconnaitre ton Talent indiscutable.Amitiés.

    1. Je m’en souviens très bien Rita! Depuis je demande tout le temps après toi.Tu es directe c’est tout ce que j’aime. Ça me fait très plaisir que sois passée par ici et que tu m’aies laissé un mot.
      Ce la prouve que tu n’est pas rancunière comme moi et surtout que tu es fairplay. En tout cas sorry de t’avoir blessée et bises.

  5. L’Internet, qu’on le veuille ou non, quel que soit ce que l’on dira autour de lui, est venu rapprocher tous les continents, rendant du coup moins chers tous nos déplacements et nos différentes rencontres. Ce que Internet a fait pour moi dans la vie est inestimable. Pourquoi donc ne pas féliciter et bénir tous ceux et celles, qui de par le monde, ont sacrifié leur vie, avec l’apport du Dieu Tout-Puissant, pour nous inventer ce chef-d’œuvre technologique ! Bon vent à toi, Babeth!

  6. Un texte criant de vérité qui à du style! Bravo! La première fois que je me suis confrontée avec la dureté du monde virtuelle, c’est lorsque, pleine de bonnes intentions, j’avais écris un billet de blog assez militant sur un blog collectif, et que, à ma grande surprise, il n’a été honoré que de commentaires racistes : je me suis alors rendu compte que même si j’écrivais seule chez moi, sur un blog très peu lu, il fallait mesurer chaque mot, chaque virgule, car ils pourraient déclencher des polémiques que je ne maitrisais plus du tout….

    1. Merci Pascaline. Tu l’a dit l’impacte de l’Internet est tellement puissant et même pas uniquement pour un article… Je dirais un simple post facebook ou un simple tweet même une simple causerie inbox ça fait peur hein…

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *