La recette de PEACE-CI pour des élections apaisées en Côte d’Ivoire

meetup-engagement-des-blogueurs-en-pc3a9riode-c3a9lectorale-peace-ci

Meet up pour des élections apaisées en Côte d’Ivoire Crédit Photos Dadouda Coulibaly Sa Majesté

Les élections présidentielles 2015, sont prévues pour ce dimanche 25 octobre. Eu égard à la crise qui a suivi celles de 2010, les initiatives se multiplient afin que plus jamais l’on ne connaisse dans ce pays pareil désastre.

La Plateforme des organisations de la société civile pour des Élections Apaisées, Crédibles et Equitables en Côte d’Ivoire (PEACE-CI) qui s’inscrit dans cette dynamique, a organisé le mercredi 21 Octobre à l’espace Welly sis au II Plateaux, un tweet up avec la communauté web ivoirienne, en vue d’échanger sur l’engagement du citoyen web 2.0 en période électorale : le cas de la Côte d’Ivoire. Un thème développé par monsieur Fernand Dédeh journaliste sportif, blogueur et web activiste qui a à cette occasion donné aux acteurs web la conduite à tenir durant les élections.

Le blogueur un acteur incontournable

S’adressant aux inconditionnels des réseaux sociaux en général et aux blogueurs en particulier il a rappelé que ces derniers ont une grande force et une avance certaine sur les médias traditionnels, car ayant l’avantage de l’exclusivité du fait qu’ils sont leur propre chefs et ne sont soumis à aucune espèce de procédures dans la diffusion de l’information.

Le blogueur n’est certes pas un journaliste (qui est un professionnel de l’information assujetti aux règles d’éthique de déontologie de son métier qui est payé pour collecter l’information, la recouper la vérifier et la publier) mais il n’en demeure pas moins qu’il est tout autant acteur de l’information que le journaliste. De ce fait, il a la responsabilité de respecter certains principes surtout pour la couverture des élections présidentielles car un seul tweet erroné peut être source de polémiques et même entacher la crédibilité du scrutin.

  • Cinq règles de conduite

– Le blogueur ou le web activiste qui veut couvrir les élections doit se préparer. Connaitre l’organe qui organise les élections et surtout maîtriser les textes régissant les élections, les pratiques et les usages afin de s’assurer de dénoncer les vraies irrégularités.

– Faire du repérage, identifier les responsables des bureaux de votes que nous souhaitons visiter. Identifier les personnes ressources à contacter en cas de couac. Connaitre bien entendu les sites internet des différents candidats pour avoir plus d’informations et recouper celles en notre possession. Connaitre l’identité du président du bureau de vote, du superviseur dudit bureau et des scrutateurs des partis politiques. Se souvenir que tous peuvent informer mais c’est celui qui est au plus près de l’information qui l’a.

– Le blogueur doit être un acteur du vivre ensemble et ce, avant, pendant et après les élections. Ses billets, post et tweets doivent aider à faire comprendre le processus électoral ce qui signifie que lui-même le maîtrise suffisamment pour l’expliquer et le critiquer.

– Il doit prendre conscience de la responsabilité éthique et sociale qui incombe aux professionnels et faire preuve comme le journaliste de bon sens dans la relation des faits.

–  Le blogueur comme le journaliste doit respecter les faits quelles qu’en soient les conséquences pour lui-même et en raison du droit que le public a de connaitre la vérité. Il doit se faire un devoir de publier des informations dont l’origine la véracité et l’exactitude sont établies. Ce qui signifie qu’il doit avoir un carnet d’adresse bien fourni.

En conclusion, la communauté web doit garder en mémoire le fait que nous sommes dans une période extrêmement sensible ou une rumeur suffit à engendrer des troubles, des peurs, des angoisses et des frayeurs.

PEACE-CI une plateforme qui veille

Mariam Dao Gabala Coordinatrice de Peace-ci  Crédit photos: Daouda Coulibaly

Mariam Dao Gabala Coordinatrice de PEACE-CI
Crédit photos: Daouda Coulibaly

La coordinatrice de PEACE-CI, Mariam Dao Gabala à la suite du journaliste Fernand Dédeh a partagé avec l’assistance la vision de la plateforme qu’elle dirige avec le soutien financier de la fondation OSIWA (Open Society Initiative for West Africa).

Composée de 800 organisations de la société civile, regroupés autour de 22 réseaux d’organisations de la société civile qui se sont engagés pour de élections crédibles transparentes et apaisées.

PEACE-CI s’est confiée pour mission de faire de la  veille afin de suivre le processus électorale et veiller à ce qu’il n’y ait aucun incident susceptible de mettre à mal ce processus. Deux mille observateurs ont été déployés sur toute l’étendue du territoire ivoirien pour remonter l’information au niveau de la plateforme. Ces deux mille observateurs couvrent environ 10% des bureaux de vote; ce qui est suffisant pour être crédible dans les chiffres et les statistiques lorsque l’on couvre une élection.

Elle représente à ce jour la plus grande plateforme de veille électorale à ce jour en Côte d’ivoire.

Vous pouvez tous alerter la plateforme si d’aventure vous êtes témoins d’un incident ou de tout fait susceptible selon vous d’entacher la régularité du scrutin. Un seul Hashtag #JeSuisPeace, un compte Twitter @peace_civ.

Shalom!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE