Dans l'antre de la twitosphère ivoirienne...

Crédit image: Wikimedia commons

Récemment, j’ai décidé d’être une femme branchée ; c’est à dire faire plus ample connaissance avec l’univers de Twitter. Il se disait qu’être sur twitter ça fait class, et que c’est d’ailleurs indispensable pour une « femme 2013 ».

J’ai par conséquent dépoussiéré mon vieux compte twitter auquel je me connectais très rarement, pour découvrir ce qui se cache dans cet univers. En fait, j’ignorais que je me plongeais dans l’antre de la twitosphère ivoirienne pour m’y faire malmener et même agresser.

Dans mon zèle d’exploratrice 2.0, je me lance tel Christophe COLOMBE à la découverte de ce monde merveilleux qui me réservera un accueil des plus inattendu.

En effet en me connectant à twitter, j’ai fais deux découvertes plutôt déconcertantes.

LES POLITICIENS 2.0

Ma première surprise, fut de découvrir que nos autorités et hommes politiques étaient à « la page » et surtout accessibles!

Eh oui ! Aujourd’hui, croiser un « en haut dé en haut, un Koutrou » comme on dit chez nous ; un gars du @gouvci est très facile.

Si les gardes de corps trop zélés et prêts à abuser outre mesure du petit pouvoir que leur confère leur position de « gros bras », constituent pour toi un obstacle, vas créer un compte Twitter, dis bonjour au Ministre, il te répondra. Et vous causerez comme des amis de longue date. Quoique…

Au départ, enchantée par cette heureuse découverte, j’ai vite déchanté. Car certaines autorités de ce pays en l’occurrence des Ministres, des chefs de partis politiques et j’en passe, disent tout et n’importe quoi sur twitter. Allant de la propagande aux tweets injurieux voir fielleux.

Ils justifient de tels comportements par le fait que leurs tweets n’engageraient qu’eux. Foutaises, dis-je. Dès l’instant ou un individu décide d’assumer des responsabilités gouvernementales, ou aspire aux plus hautes fonctions de l’Etat, il devient une figure représentative de l’Etat de Côte d’Ivoire. De ce fait, ses tweets – qui soulignons le tombent dans le domaine public – ne sauraient engager que lui. Sérieusement, faire de l’intoxication dans un pays qui cherche encore aujourd’hui à se réconcilier avec lui-même, se disputer sur twitter avec des internautes répond à quel but ?

Le « navire ivoire » vaut mieux que ça !

Et tenez vous bien, ce n’est pas le pire.

LES TWITOS FANATIQUES

La twitosphère ivoirienne, renferme en son sein, une catégorie particulière de twittos, Incapable d’analyser objectivement l’actualité, de développer un argumentaire convaincant.

Mais surtout les propos haineux en disent long sur la rancœur, la frustration, de ceux qui jadis étaient aux commandes et sur l’esprit revanchard qui anime les parias d’hier, aujourd’hui devenus « quelqu’un » en Côte d’Ivoire.

Les plus dangereux, sont ces fanatiques qui se sont érigés en justiciers virtuels et qui se comportent comme une vraie mafia. Ils manient avec une rare habileté l’arme des faibles qu’est l’injure. Ces petites sectes créées autour des personnalités desservent leurs causes plus qu’autre chose…

J’ai eu le malheur récemment de m’indigner contre ce tweet qui à mon sens était franchement indigne du Service de Communication d’une institution aussi noble que celle du Président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire:

Comme ma bouche ne se ferme pas, j’ai twitté ça :

Je vous ferai l’économie des injures et des menaces que j’ai reçues. Il parait qu’on appelle ça des « tweets clash » ; eh bien allez vous faire f**tre avec ces clashs car je ne sais pas me battre, mais plutôt débattre.

C’est vraiment scandaleux de voir que des lâches qui broutent dans la poche de certaines autorités de ce pays, se permettent sous le sceau de l’anonymat d’outrager sans le moindre scrupule tous ceux qui émettent un avis contraire au leur. C’est triste pour notre belle patrie.

Toute personne publique est critiquable ; car les ivoiriens ne jugeront point le mandat d’une opposition quasi inexistante ; mais plutôt celui du pouvoir en place.

Nous ne sommes pas obligés d’avoir la même opinion mais nous avons le devoir et la responsabilité de nous respecter, car personne ne détient le monopole de l’injure.

 Le lendemain, très en colère, de m’être faite insultée pour un retweet je tweet ceci :

 Ces trois tweets résument le fond de ma pensée sur cette question. Tweeter c’est cool mais veillons à le faire sainement.

EN TOUTE CHOSE L’EXCES NUIT SOUVENONS-NOUS-EN !

Il est indéniable que twitter est un excellent moyen de communication. Il offre l’opportunité à nos leaders d’opinions, nos autorités, de se rapprocher des administrés et des électeurs que nous sommes.

De toutes façons derrière l’eau, ça tweet fort pourquoi pas nous ? Hein ? D’Obama à François Hollande tous ont des comptes twitter mais l’usage qu’ils en font marque toute la différence !

Le nègre est maître dans l’art de l’exagération. De grâce sachons tricher.

Oui, pour un usage responsable de Twitter. Non pour tous ces abus !

Quant AUX chers twittos, JE n’ai nullement l’intention de fermer ma gu**le, vous en déplaise.

Shalom !

Partagez

Auteur·e

babethlizy

Commentaires

Zak Le Messager
Répondre

J'adhère à ton analyse, Babeth. En tout cas c'est dommage de croire qu'une politique à deux vie, une fois rentré on a plus qu'une vie, celle du drapeau et ce qu'on dit ou fait engage l'état et non uniquement le politque.

Babeth
Répondre

Vraiment Zack.
Twitter quoi un vrai ring de boxe. Derrière un clavier on peut tout dire mon frère ou du moins le pense t-on.

Zak Le Messager
Répondre

En tout cas, ca ira, quand ils comprendront que la liberté c'est pas dans la politique.

Serge
Répondre

intéressant, je découvre cet article aujourd'hui et remarque j'ai commenté le développement de la twittosphère ivoirienne dans ce billet. j'avais déjÀ remarqué cette démarche autoritaire....
https://atelier.rfi.fr/profiles/blogs/maire-du-web-ivoirien-comment-cela