Bénissez moi mon Père puis… Lachez-vous

Crédit : Wikimedia commons

Je sens déjà le courroux des vieux potes se mouvant au-dessus de ma tête. Je ne les vois certes pas, mais le bruit assourdissant des multiples interrogations et reproches silencieux arrive jusqu’à moi. Humm ! J’en ai froid dans le dos !

Ils sont intrigués par le fait que je me sois mise au blogging. Ce qui les importune en vérité, ce sont mes titres à connotation sexuelle (pourtant il n y a rien de pervers hein !) et mes critiques « sympas » à l’endroit du gouvernement. L’un d’eux, à l’occasion de mon premier article sur l’antre de la twitosphère ivoirienne m’a même prévenue :

Toi là, ton affaire de politique là, quand ils vont t’attraper pour t’emmener dans la forêt du banco là, je ne suis pas dedans hein…(c’est clair !)

Je suis certaine que d’autres pensent comme eux, mais puisqu’ils connaissent ma bouche, ils évitent de la ramener, de donner leur opinion.

Bon, laissons ça…

Pour ceux qui l’ignoreraient, j’ai fait mes études de droit dans une université privée. Une université catholique pour être précise. Ma fac a la particularité d’être sous -régionale. De ce fait, les prêtres de la sous-région y logent et étudient.

Aussi, nous côtoyions nous chaque jour. J’eus par conséquent l’opportunité d’observer leur quotidien et leurs pratiques. Je pus entrevoir l’envers de la soutane, voir au-delà de cette sainteté apparente…

Ces prêtres qui ne respectent pas la sacralité de leur sacerdoce

A la fac, il y a le prêtre, prédicateur de la bonne nouvelle. Vêtu de sa robe blanche, Il conduit l’adorateur via les vibratos et les trémolos de sa voix, dans une litanie, dont la puissance transporte, directement ce dernier au troisième ciel, pour le faire asseoir à la gauche du père (la droite étant déjà occupée…).

Il est très austère. Animé d’un zèle amer, il répond à peine aux salutations des pécheresses (que dis-je ? Des étudiantes), déambulant dans le temple du savoir, à l’étroit, dans des vêtements qui peinent à réprimer les formes généreuses et insolentes d’une jeunesse dont, la sexualité en fleurs ferait succomber les plus pieux aux délices de la chair. Quiconque croise leur chemin retrouve difficilement le sien!

Mais notre cher homme de Dieu est un homme averti. Il te lorgne méchamment et marmonne sa réponse à ta salutation dans sa barbe. Quand tu es intelligente comme moi, tu comprends : «J’ t’emmerde pétasse ».

Il y a une chose que certains hommes font qui me fait pouffer de rire quoi ! Le gars s’invente une personnalité d’homme intransigeant et inflexible, qui ne supporte pas la légèreté. Il renfrogne le visage, parle durement, sort les directs et les « les gbès » (comme on dit à Abidjan). Pourtant, il est le premier à baver, à la simple vue du string et de la raie de fesses, que la voisine expose allègrement à travers son jean Slim, taille très très basse. En somme, le gars joue les dangereux, mais en vérité, il est en danger.

Heureusement pour moi qu’ils n’étaient pas tous ainsi ; j’aurais eu peur de l’Eglise !).

Il y a également le prêtre, qui à la pause est assis à la cafétéria avec ses collègues, à siroter sa bière sous les regards médusés (ou admiratifs, c’est selon…), des fidèles  qui reçurent quelques heures plus tôt, de cette même main qui tient la bière, l’eucharistie, cette sainte communion au corps (non au sang) de notre Seigneur.

Il ne déstresse pas n’importe où. Ses endroits de prédilection, pour ses moments précieux de délassement, sont les bars climatisés et autres boîtes de nuit en vogue de la ville.

Ce prêtre, nourri et blanchi, est incontournable. C’est l’ami qu’il te faut. Non seulement pour la confession et le pardon de tes nombreux pêchés, mais aussi pour le repas de midi. Pourquoi ?

Il a les tickets de resto qui attestent que tu fais partie de la haute bourgeoisie. Ne mange pas au restaurant de la fac qui veut. Quand tu es sa « bonne petite » tu as droit à quelques tickets, voire toute une souche (tout dépend de la qualité des services rendus).

Les profiteuses et allumeuses, très souvent affamées (comme moi), avaient bien compris le principe (qui est fou ?). Elles ne se gênaient pas pour demander des séances régulières de confessions. Dans mon ignorance, je me posais souvent cette question:

– Les nègres de cette fac  ne pèchent pas ou quoi ? Les sœurs en Christ crise ne se confessent pas un peu trop ? C’est quelle affaire ça !

Ces moments de recueillement dont Dieu le père est le seul témoin, se tenaient dans la chambre du prêtre s’il vous plait ! Après la confession, le pardon des péchés, la bénédiction et le saint baiser… Humm… Les tickets suivent.

Tu crois avoir affaire à deux catégories de prêtres, mais en fait tu te trompes ! C’est le même. Il souffre juste d’un dédoublement de la personnalité.

Leurs performances étalées fréquemment au grand jour, n’ont pas manqué d’alimenter les papotages de mon cercle de commères aigries. Apparemment, le saint ministère n’a en rien porté atteinte à leur appétence sexuelle. Il parait même qu’ils embrassent super bien. Ahhh ! Je n’ai pas eu l’opportunité de le vérifier. Je n’ai jamais plongé ma langue doucereuse dans la bouche suave, baveuse et sexy d’un prêtre à la libido piquante. Il faut croire que je n’avais pas le profil requis (dommage pour moi).

Lorsque tu rappelles à son souvenir le statut de sacrificateur du Dieu vivant qu’est le sien, il te dit comme un vieux de 60 ans courtisant une adolescente de 16 ans :

– Laisse ça ! Moi-même je ne comprends pas pourquoi on ne veut pas qu’on se marie. Sinon je t’aime…

Vous avez dit argument fallacieux ? Je « dacorise »* !

Je suis foncièrement contre ces revendications illégitimes, de prêtres qui exigent des réformes, parce que ne pouvant assumer leurs engagements. De même, je n’admets pas qu’un serviteur de Dieu, ayant fait vœu de chasteté porte atteinte à la réputation du corps sacerdotal, déstabilisant ainsi, la foi des fidèles.

Deux personnes peuvent-elles marcher ensemble sans s’être convenues ?

 Puisque nous sommes sur le terrain de l’Eglise et de l’évangile, sachons que la Bible, n’interdit à personne de se marier. Bien au contraire.

Paul l’a dit en 1 Corinthiens 7 :1-2 : « Venons-en à ce que vous m’avez écrit. Il est bon pour l’homme de s’abstenir de la femme. Toutefois pour éviter tout dérèglement, que chaque homme ait sa femme et que chaque femme ait son mari ». (Version Tob, Bible catholique)

Que l’on décide se marier ou non ne pose aucun problème. Tout est une question d’appel et de conviction. Mais une fois l’engagement pris, il doit être respecté.

Quid des véritables motivations de nos prêtres. J’en ai connu qui ne se sont engagés que pour les avantages financiers qu’offraient ce statut. C’est vraiment dommage.

En décidant de devenir prêtre, ils n’ignoraient pas les restrictions attachées à ce sacerdoce ! Diantre ! Quand on ne peut plus les endurer, la solution est de rompre son serment pour se marier. On peut servir Dieu de différentes manières.

Est-il objectivement souhaitable d’évoluer sur la question du célibat de nos prêtres ?

Quand bien même le pape François qui semble être (au regard de son administration) assez progressiste sur certaines questions, l’autoriserait, le problème des scandales sexuels des prêtres qui se traduit plus par la pédophilie en Occident et sous nos tropiques, par l’impudicité et la fornication sera-t-il réglé ?

Qui me dit qu’une fois mariés ils ne se transformeront pas en adultères ?

Quelle sera dans ces conditions la prochaine revendication ? Le droit à la polygamie ?

Pour ce qui me concerne, loin de moi l’idée de vivre le célibat à vie. Je veux me marier, goûter aux plaisirs de la chair.  Vous l’aurez compris! Moi Négresse de mon Etat, je ne serai jamais sœur !

Shalom!

Je dacorise : je suis d’accord

21 Commentaires

  1. C’est tout simplement succulent et parfaitement exquis. Nous « dacorisons », nous aussi. Cette conjugaison me rappelle un certain Sacré Seydou Ouédraogou qui présentait une chronique sur rfi. Il avait inventé le verbe « bacariser ». Va savoir ce qu’il voulait dire par là. C’est exactement la manière de faire sa « Con-fess-ion » que tu décris. Un grand Bravo!

  2. Cru et raffiné à la fois… dégoulinant d’ironie, provoquant à souhait… Âmes sensibles/ pieuses s’abstenir..! C’est de la bombe, ce post! Chapeau Babeth … 🙂
    Le débat est presque millénaire; les lignes n’ont pas beaucoup bougé depuis le jour où l’Église, presque au mépris des prescriptions bibliques (comme tu l’as si brillamment démontré), a déchu les prêtres de leur droit à une libido normale. Au fil des scandales, et des méaculpas qui s’ensuivent fatalement, le trône de Saint-Pierre n’a pas bougé d’un iota. Immobile, hypocrite, autiste. Le pape François aura beau être le 1er à accepter de regarder la réalité en face, il n’est qu’un homme face à une institution millénaire. A moins qu’on assiste à un miracle..! Pourquoi pas, après tout il y en a tellement dans la Bible…
    J’ai envie de crier (comme toi, je suppose): « Libérez nos prêtres »..! Pour qu’ils cessent de se comporter en prédateurs. Il est déjà très difficile de deviner le pervers sexuel qui se cache parfois derrière un individu à l’apparence respectable; en général on ne le démasque que trop tard, lorsqu’il a déjà frappé. Mais lorsqu’il porte une soutane…
    Au plaisir de te relire..!

    1. Hey! Roméo arrête tu vas faire de moi une Juliette! Hein? Lol! Merci à toi c’est gentil et c’est un coup de pression aussi…
      Plus sérieusement j’adore ta chute un pervers en soutane! humm mais je ne crois pas que ce soit à l’Eglise de changer ses règles, de les adapter aux fidèles non… C’est aux prêtres de faire des choix et de les respecter qu’ils aillent se marier pour s’épanouir dans leur libido rien ne les oblige à être des prêtres.
      En tout cas ravie que tu sois passé par là… Négresse honorée.
      Des bises.

  3. Sujet sensible mais réelle quoique ne dacorisant pas toujours avec certains termes qui sont à mon avis trop virulents. Il est vrai qu’il y a toujours des brebis galeuses dans toute corporation et c’est l’occasion de faire des propositions concrètes et prier pour ces prêtres qui ont décidés de donner et consacrer leur vie au Maître et Souverain JESUS CHRIST. Alors merci d’ouvrir cette brêche pour une réflexion approndie. Tu sais, tu devrais developper ton talent et ton style pour le roman parce que tu le fais très bien. SHALOM

    1. Shalom homme de Dieu! Hééé si je ne t’avais pas pour me recadrer hmmmm j’allais me perdre.
      Je comprend que tu ne dacorises pas avec tout…
      Merci pour ton soutien heureuse que tu me lise que tu me consacre du temps Dieu te bénisse.

      1. qoeleth est un mot hebreu qui signifie en substance « le prédicateur » « celui qui s’adresse à l’assemblée » c’est ce mot qui est à l’origine dans la bible de « l’ecclésiaste »…

  4. Vraiment, un très bel article. quoique pour ma part je préfère ne pas entrer dans un débat manichéen sur les prètres catholiques… il y aurait tant à dire sur les rabins, les imans, etc.
    Enfin, l’important est de ne pas généraliser.

    1. Merci Serge. Les religions étant dirigées par des hommes il y aura toujours des imperfections des manquements; aucune n’est parfaite.
      Apparemment tu as trouvé mon analyse manichéenne, t’a peut être pas tort…
      Merci d’être passé, j’en suis ravie!

    1. Merci Osman! La nudité des mots est une chose que j’affectionne particulièrement, quoiqu’elle heurte parfois la sensibilité de certains!
      Jusqu’où aller, jusqu’à quel point s’autocensurer, pour ne pas non plus verser dans la vulgarité sont les principales questions que je me pose aujourd’hui…
      Bref! Merci pour tes encouragements et pour ta belle visite. Je ne manquerai pas de lire le billet vu que le kpekpessage est mon principal défaut.
      A bientôt!

  5. Joli billet, chapeau ! mais tu l’a dit, tu ne seras JAMAIS sœur et moi je te rappelle qu’on ne dit pas « fontaine je ne boirai jamais de ton eau », donc j’attends ta reconversion future.

    1. Loooooool! Edjassou. Je n’aime pas ça hein tssruuuu…. Tu veux que je devienne Sœur? Hein mariage qui est doux comme ça la je ne veux pas.
      Mais tu as raison hein on dit jamais JAMAIS.
      Bisous cocotte merci d’être passé

  6. j’ai beaucoup ri tout au long de cet article. il est bien écrit, il se li facilement. comme les précédents commentaires il soulève des questions vieillent comme le système réligieux (pas comme l’Eglise). je suis d’accord avec toi sur le fait que le mariage des prêtres ne règlera pas leur problème de libido. le problème de fond c’est leur communion avec le Seigneur. compte t il vraiment sur le Seigneur chaque jour dans leur service? prie t il Jésus, le ressucité. bref, les fondements de ce système réligieux sont à revisiter.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.