Allah, le jeûne et le swagg

Crédit image: Wikimedia commons

Je m’étais jurée de laisser la sainte période du ramadan tranquille pour ne pas me faire foudroyer par le courroux de mes nombreux amis musulmans… Pire ! Subir la sainte colère d’Allah Dieu tout puissant ! A dire vrai, ça fait quand même la deuxième fois que j’écris sur le ramadan.

J’ai tenu longtemps ! Mais j’ai passé une journée tellement spirituelle mardi que tout compte fait, je me suis dit : « Ma chère, Allah tout puissant est témoin, il faut écrire parce que vraiment cette affaire-là est gravement grave. »

Le mardi dernier, je me préparais pour aller parader en ville en écoutant l’émission de RFI « Appels sur l’actualité ». Il y a un auditeur mauritanien vivant au Sénégal, très énervé qui criait au scandale, parce que selon ses dires, les femmes sénégalaises seraient inconscientes « en ce mois béni de ramadan » !

Tchié ! quel way matin là encore ?

Ces chères dames n’auraient changé en rien leur style vestimentaire, même en cette sainte période et resteraient accrochées à leurs tenues aguicheuses.

« Je suis à Dakar. Mais je vois que le comportement ne change pas par rapport à Nouakchott où vous voyez les gens s’habiller d’une manière telle, que vous vous dites bien que vous êtes dans le ramadan. Alors que le mois de ramadan, c’est le mois de bonus même. Vous vous dites que 11 mois vous avez fait n’importe quoi, vous avez fait beaucoup de choses qui ne sont pas en adéquation avec la religion musulmane…» Tout est dans son coup de gueule !

En résumé, le type a besoin d’être bien disposé spirituellement mais les déhanchements de pécheresses ambulantes, dont les tenues aguicheuses défient le dress code de ce mois hautement spirituel, le fatiguent.

Le mois de tous les excès

Le mois de ramadan est celui de tous les excès ! Excès du prix des denrées alimentaires (malheur aux pauvres), conséquence logique de l’excès du manger et du boire. Excès de mauvaise humeur résultante indéfectible de la tiraillante et persistante faim que ressent le jeûneur ou la jeûneuse.

Mais l’excès le plus criant est l’excès de spiritualité. Vous aurez compris que ce n’est pas tant l’ardeur spirituelle affichée que son adéquation avec l’état intérieur de ceux qui en font l’affichage qui pose problème. C’est l’occasion trouvée pour le « musulman de nom » de s’offrir un lifting du corps, de l’âme et de l’esprit ; un lifting spirituel quoi !

Les mèches brésiliennes 100 % « Human Hair », les leggings, les jupes courtes ou tailles hautes, assortis aux chemisiers transparents laissant apparaître les tétons ou le nouveau soutien-gorge griffé « Agent provocateur » ou « America Apparel », sont troqués pour les boubous et les voiles.

Quoi ? Mis à la poubelle ? Que nenni ! Ils sont bien conservés au chaud, le temps que « l’effet ramadan » s’estompe…

Ces messieurs, eux, consentent douloureusement à arborer enfin des tenues correctes, en maintenant dans leur pantalon (d’où ils n’auraient jamais dû sortir d’ailleurs) les griffes des caleçons « Ralph Lauren », « Paco Rabanne » ou même H&M pour ceux qui sont taillés à tous les niveaux, façon David Beckam (je n’en dirai pas plus, ramadan oblige !). Au moins, ceux qui n’ont pas de caleçon de marque pourront fayoter un peu aussi.

Quand tu dis « bonjour comment ça va ? », il répond « al hamdoulillah ! Tout va bien ma sœur ». Hmmm ! Aholé hein ! Parce que d’habitude ce n’est pas comme ça qu’il répond. Et si je me trompais pour m’attarder une minute de plus en sa présence, il verserait dans les longues salutations traditionnelles que lui-même aurait fuies en temps normal. J’en serais agacée, et mon visage métamorphosé. Ceci le vexerait, et me priverait par ricochet, de la bonne bouillie de mil qui assure mon goûter de l’après-midi. Ah ! ce jeûne qui nous fait tant de bien…

Même lorsque tu empruntes un taxi, tu constates que le chauffeur a échangé le « couper-décaler » et autres « crikatacrikata pan pan ! » pour des musiques et émissions spirituelles. Surtout que le transport en Côte d’Ivoire est majoritairement entre les mains de nos frères musulmans.

Ces politiciens qui surfent sur la vague

Dans tout ceci, les politiciens ne sont pas en reste ! Grands surfeurs devant le prophète, aucune vague n’est trop haute pour eux, encore moins celle du ramadan. Aussi, sortent-ils leurs planches et surfent-ils politiquement sur le carême. Qui sait ? C’est le moment ou jamais ! Le vote en dépend ! Allah même les comprend…

Les « community manager », nouvelle profession en vogue,  rivalisent d’ingéniosité et de stratagèmes pour faire exploser la côte du boss.

Phase 1 :

Chacun trouve une mosquée dans le quartier le plus précaire de la ville où il peut aller faire du bien au nom de Dieu, le père tout puissant.

Une fois les coins stratégiques ciblés, vroum ! On y met le cap ! Mais il n’est pas bête hein ! Il a pris le soin d’embarquer dans son 4×4 quelques journalistes et blogueurs prêts à vendre leurs plumes pour les per diem.

Phase 2 :

Sapé dans son boubou sobre mais non moins raffiné, chapelet en main, il vient dire aux populations par cette tenue : « Je suis l’un des vôtres » ! Je compatis à votre pauvreté en vous épargnant l’infarctus que pourrait vous causer l’effroyable vision de mes tissus Bazin, 100 % coton, importés du Mali ». Vous avez dit swagg ?

Pour la prière, il se rend dans un coin perdu de la capitale ou l’organise carrément à son domicile, et fait semblant de réciter les sourates alors qu’il n’est pas dans ses habitudes de fréquenter les mosquées. A la sortie, il fait ses dons. Mais ne s’arrête pas là. Il peut même rompre le jeûne (Dieu seul sait s’il a vraiment jeûné) avec les fidèles, photos à l’appui.

Phase 3 :

Inondation de la Toile. On poste les images de sa piété sur Twitter avec le hashtag #InstaJeûne, #InstaCarême. Tous les réseaux sociaux y passent ! Il ne manquerait plus que le selfie ! Il n’oserait pas ! Faut savoir raison garder… Le lendemain, le journaliste relaie l’info pour les rebelles qui refusent de s’adapter aux nouvelles formes de communications.

On voit le politicien dans le journal prendre la pose avec l’iman, prônant les dons, sourire aux lèvres. C’est quoi tout ça ? Je le dis parce que je l’ai vu dans un quotidien et je me suis demandé à quoi ça peut bien servir de crier au monde qu’on est bon…

Le pire dans tout ceci, c’est que ça marche vraiment ! Une aussi grosse comédie, cousue de fils blancs, prévisible à souhait, continue encore sous nos tropiques de capitaliser du bétail électoral. Ce cher vieux continent où il en faut si peu pour émouvoir et sur lequel la manipulation des masses est à la portée du premier venu qui s’en donne les moyens. Pas besoin de lire « Machiavel » ou de faire Sciences po. Tout marche à l’identification.

Trouvez le centre d’intérêt d’un groupe donné, apparaissez là où les personnes se rassemblent, faites deux ou trois pirouettes, ils entonneront en chœur : « Il est des nôtres… »

Les populations, dindons de la farce, vont se réjouir pour un moment de participer au plan de com’ destiné à faire grimper la côte du politicien et retourner à leur pauvreté… en attendant le prochain ramadan. Il se raconte déjà que pour l’année prochaine, pour peu que le politicien bien aimé soit maintenu à son poste, « la distribution de sucre se fera avec plus de largesse ».

Message fidèlement transmis à qui de droit ! D’ici là bonne fin de jeûne !

Shalom !…

12 Commentaires

  1. ahahah j’ai rit et j’ai aimé! les usurpateurs de la religion, je les appelle! il sont partout, et surtout dans toutes les religions, chacun leurs tendances, mais c’est tout comme tu l’expliques ici!!!

  2. Au moins tu ne nous soumets pas au jeûne sur le plan intellectuel. C’est un article savoureux et assaisonné à souhait mêlant humour et pertinence. Bonne continuation…

  3. #InstaJeûne, #InstaCarême, vraiment ça existe ça? 🙂 ah ah ah
    Et puis de toute façon, aujourd’hui même pour faire le jeune, il faut être riche donc, imagine pour le Ramadan…
    Joli !

    1. Ahahahaha mon cher sait-on jamais hein; tout est possible.
      Je crois pas qu’il faille être si riche. Mais je pense que quand on se prive de nourriture on a parfois les yeux plus gros que le ventre.
      Merci Serge d’être passé.
      Bises

    2. tu sais Serge le mois du Ramadan c’est un merveilleux cadeau venait du ciel , de Allah , dieu de l’univers , si tu sais combien le jeune est bien et riche pour notre santé ! et c’est pas moi qui dis ça ces les médecins du monde entier le confirme .

  4. Aholé, ce qui est sur, rien n’est sur. y a rien dans jalousie sinon exces de benedictions sur ton blog. Je retiens une chose: exces de recherches de la mosqués la plus perdue pour faire le don le plus faramineux et à la suite, dans l’ombre la rti1 et consort. j’ai vu la ministre de la communication se souvenir de la chere commune d’abobo où elle est deputé. En tant reel, femme salue pas homme dans mosquée, mais bon, comme c’est ministre deputé et meme maire là, on accepte. kai,
    Shalom, ca va finir bientot. On est pressé pressé, nous autre ladji aillant le malheur de go, heu, amie non musulman….

  5. La religion est infiltrée par des opportunistes qui cherchent à profiter des plus miséreux. Par opposition aux « chrétiens du dimanche » on pourrait parler des « musulmans du ramadan » qui doivent savoir que la vraie foi ne réside pas dans l’ostentation. En tout cas cet article est un régal!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *